Valence dans les sensations

"Valence?" demanda la fille à l'aéroport. - C'est où? Venezuela? Ah, l'Espagne? Nous connaissons Madrid, Barcelone, Séville - et les stations balnéaires. Ils sont également près de Valence - ce sont les célèbres plages de Benidorm, Costa Blanca, Costa del Azahar. Et ils sont magnifiques. Mais aller ici seulement pour les plages est absurde.

Sons dans la ville de Valence - impressions du touriste

Vzhzhzhzhzh ... Uuuuu ... Ba-bah !! Td-td-td-shsh ... Bonjour! Nuda. Où es-tu? D'où et d'où? Rien, j'entends mal, attends, je vais me pincer l'oreille et aller dans l'entrée ... Ici. Comment ça? Rue, les voitures vont. Eh bien, quoi, à trois heures du matin ... Les gens sont juste à la maison en train de diverger, de dormir. Valence bruit 24 heures par jour. Cette ville n'est pas sans raison considérée comme la plus forte en Espagne. Tout d'abord, les motos rugissent - il y en a beaucoup plus ici que les voitures. En second lieu, comme dans le monde, la réparation des routes ici et construire quelque chose - et la construction et la rénovation dans le centre historique de la place dans un environnement à proximité d'autres bâtiments, avec un flux régulier de véhicules dans les rues étroites. En troisième lieu, au moins une semaine dans l'année, au printemps, au cours de la Fallas - quelque chose comme notre carnaval - toute la ville est en plein essor, des brûlures et explose sur une base quotidienne, et le matin, des trottoirs et des trottoirs machines de nettoyage avec d'énormes brosse ronde balaye le tas a éclaté pétards et brûlé mandrins en papier de pétards. L'idée est que ce niveau de décibels forme sourde et rauque, mais Valence, de petite à grande, sont capables de parler très fort. Un tel réglage de la voix naturelle aurait fait honneur à tout chanteur d'opéra. Crier dans la conversation n'est pas seulement le trafic de la rue. Dans les cafés et les bars est également fait pour parler, sans baisser la voix, alors même rencontre entrant le grondement puissant. Ils disent tout à la fois. Couple aux tables, vieux messieurs au bar, les serveurs prendre les commandes en même temps (très fort), la préparation du café - et parfois même de la viande à rôtir sur la plaque immédiatement derrière le comptoir. Oui, et le bruit de la machine à café, le tintement des verres, le choc des fourchettes et des couteaux.
Autour de la ville est un parc, brisé dans l'ancien lit de la rivière Turia. Il y a gazouillis des oiseaux, l'eau se précipitant dans les fontaines, les enfants crier haut et fort - Maaam, je ne voulais pas rentrer à la maison, nous allons jouer. - Rodrigooo, j'ai dit - nous sommes! - Eh bien maaam, encore une minute! "Je vais te tuer maintenant." Ok, cinq minutes - et partez, pouvez-vous m'entendre? - Merci! Manoooloooo, Ida, a couru à la rivière! Maman s'assied calmement sur le tabouret, rapproche la poussette. Rodrigo et Manolo, ramassant sa petite soeur, se précipitent le long de la pelouse jusqu'au ruisseau. Maman avec trois ou quatre enfants ici n'est pas rare, mais la norme. Moins souvent, vous verrez des parents avec un enfant. Vers midi, les cloches s'animent, et les vieilles femmes en blouse et en mouchoir se promènent à la messe. Dans les cathédrales demi-obscurité, lueur vitrail sous dômes, avec le ministère des échos voix amplifiée du prêtre microphone. Une partie de la cathédrale est clôturée pour les paroissiens, une autre, grande, pour le passage des touristes. Groupes avec des guides, parler à voix basse et en cliquant caméras sur la chapelle de by-pass de périmètre, chapelle, allez à la basilique, de retour à une partie du musée et un étroit escalier en colimaçon dans les étapes 207 grimper au clocher pour étudier la place du haut Nicolet et la fontaine avec la figure d'un dieu de la rivière. Sur des terrains tractés, des tours marchent, roucoulent, nourrissent des pigeons. Au sommet, autour de la grande cloche, les excursionnistes, fous d'une longue ascension, se retournent, choisissant le point de tir. Il y a toujours un chemin vers le bas, et vous devrez vous faufiler dans le mur de pierre fortement courbé pour sauter les prochains grimpeurs. Maintenant - allez-y, devant le jardin d'orangers, devant les tables des cafés de la rue dans les rues étroites de la vieille Lonja, à la place de la Mairie, de l'arène.

Odeurs - variété et bouquet

À Valence, ça sent la fraîcheur, le café fort et la citrouille cuite. De la pulpe de citrouille sont préparés une délicatesse traditionnelle - beignets (bunyuelos) et broussailles (churros). Dans toute la ville il y a des comptoirs mobiles blancs avec une paire d'énormes citrouilles sur le comptoir. Là, vous pouvez acheter un sac d'huiles suintantes, beignets odorants et les manger sur le pouce, en train de laver une orchata. Orchata - une boisson gazeuse, mais pas liquide, et épais comme un milk-shake, couleur jaune-vanille. Faites-le à partir de noix moulues spéciales - Chufy. Et si vous avez sérieusement faim, alors essayez à Valence des plats de fruits de mer: seiches, moules, calmars. Paella - riz safrané jaune vif avec des légumes, du lapin et des crevettes (ainsi que du poulet, du porc et de la pieuvre) - cuit sur d'énormes poêles à frire avec deux poignées. Et pour essayer ce plat est nécessaire ici, à Valence: la paella de Valence est la plus célèbre de tous. En Mars, toute la ville sent la poudre à canon, car la troisième semaine de mars - la fête des Fallas - l'heure des feux d'artifice. Le crépitement des pétards ne cesse ni jour ni nuit. Ils sont explosés et les petits enfants (à côté de sa mère avec une boîte de munitions et explique comment le faire en toute sécurité), et les adolescents. Les adultes ont l'air condescendant, personne n'est indigné.

Movement - La commodité de se déplacer dans la ville

Les machines à Valence se portent bien. Ils vont vite, ne restez pas dans les embouteillages et grognez bruyamment de plaisir. Par conséquent, si vos fenêtres sortent dans la rue, il est préférable de ne pas les ouvrir, sinon un bruit de fond doux est fourni - et la nuit aussi. Avec les piétons, les voitures sont polies: ralentissez, sautez. Dans ce cas, les piétons et les voitures peuvent glisser dans le rouge, s'ils ne voient pas d'obstacles supplémentaires. Outre les voitures, il y a beaucoup de motos sur les routes. Ils sont montés non seulement par des motards noirs dans des casques massifs, mais aussi par des femmes et des hommes en tenue de ville et en cuir léger. Les troupeaux de motocyclettes et de cyclomoteurs se tiennent tranquillement à l'entrée des maisons. Dans la ville, ils sont nettement plus confortables que les voitures, les taxes sur lesquelles croître d'année en année. Les bicyclettes sont également étendues. Pour eux, les pistes sont marquées sur n'importe quelle piste. Si vous avez de la chance, vous verrez une étrange structure à trois roues rouler dans les rues, un peu rebondissant. Derrière le volant sous le parapluie est assis, couché, le conducteur. Il connaît tout Valence - c'est un maître de bicyclette. Pauvre, il répare les bicyclettes gratuitement, il choisit lui-même ses clients, et remettre sa voiture entre ses mains est un grand honneur et de la chance.

Histoire - il y a beaucoup à dire

Pour tout le temps de son existence, Valence, comme le reste de l'Espagne, beaucoup de temps passé des mains d'un des conquérants dans les mains des autres. Il y avait des Romains, puis des Phéniciens, des Goths, des Maures ... Et tout le monde a pris la ville sans se battre. Le guerrier légendaire Sid a expliqué son invasion ici: l'armée avait besoin de se reposer, alors il a décidé de capturer Valence. Pourquoi? Parce que les Valensiens ne voulaient pas se battre. Pas par lâcheté, non. Le nom même de la ville est traduit par "Courage", "Valor" ou "Dignité". Juste le système de valeur ici est différent, et gagner par le coût de la destruction et de la mort n'était pas considéré comme une action digne. Les valenciens - les gens sont pacifiques, amicaux, sociables. Peut-être, autant de temps qu'ici, des réunions et des conversations avec des amis ne sont données qu'en Russie. Dans cette ville (et même en Espagne) pris dans la soirée pour une promenade dîner tardif - le repas principal - avec retard le soir 10 après minuit, et prend habituellement lieu à l'extérieur de la maison. Puis encore besoin de boire du café partout, regardez dans les trois ou quatre (ou plus) des barres, chaque boisson un verre (mais pas plus), et même après une bonne conscience pour rentrer à la maison, si tôt le matin pour aller travailler. Sans surprise, l'emblème de la ville, couronnant l'une des deux portes de la ville reste aujourd'hui, exhibant la chauve-souris - Il y a une nuit et libre.
Le désir de presque toutes les régions de l'Espagne à l'autonomie est si fort que vous ne pouvez pas voir les drapeaux de l'état noir-rouge-jaune dans les rues, seulement les locaux. Il est impossible de dire que tout le monde l'aime. "Donc vous venez de Russie? - Le chauffeur de taxi âgé, qui m'a conduit de l'aéroport, relancé. "Après tout, vous avez eu l'Union soviétique, et puis Gorbatchev l'a pris et l'a rejeté." Et nous avons la même chose: regardez autour de vous, où vous verrez au moins un drapeau espagnol? Tous veulent faire sécession, pourquoi devraient-ils seulement avoir cette indépendance? Le pays doit être un. Il y avait l'URSS - et les États n'ont pas tenu le coup, et maintenant ils font ce qu'ils veulent. Je dis précisément - ce sont eux qui podzzhivayut.
... Donc, nous entrons dans Valence par la porte principale. Derrière eux, se trouve la place d'Alfonso le Magnanime. Le buste de marbre du monarque se cache sous un ficus tentaculaire, et le ficus, à la différence de nos pots de pièce sur le rebord de la fenêtre, est un arbre géant avec un tronc musclé et puissant dans plusieurs circonférences. Un peu plus loin, sur une place ombragée, en face de la cour de récréation, un monument au docteur des enfants de mères reconnaissantes nous escorte jusqu'à la vieille ville. À gauche, se trouve la statue équestre du premier roi de Valence, Jaume Ier. Ils sont donc aux portes de la ville - deux rois légendaires et un pédagogue. Et nous entrons dans la ligne droite, comme une flèche, la rue du Monde. Cette rue a été littéralement coupée à la fin du XIXe siècle à la place d'anciennes fermes monastiques, démolissant le mur de la forteresse autour de la vieille ville. Puis il est devenu trop encombré, et selon le plan de reconstruction, seuls des fragments de bâtiments historiques ont été laissés, et des maisons à plusieurs étages ont grandi sur le site libéré. L'analyse du mur pour 15 ans fourni à l'armée le travail des chômeurs, et la ville a gagné des possibilités de développement.

Architecture - variété chic

Ici, personne n'a jamais rien détruit dans son cœur - après le passage pacifique de Valence de main en main. Par conséquent, chaque époque a laissé un souvenir. En passant par la vieille ville, vous verrez tous les échantillons de styles architecturaux - de « flamboyant gothique » de l'ancienne cathédrale, le toit est grimaçant sinistrement, drôles chimera-drains, au palais baroque exquis du marquis de Dos Aguas, où le Musée de la Céramique est maintenant placé. Décoration et des peintures murales des églises locales distingue peu commun pour l'éclat du Moyen Age: les peintres locaux ne se plaignait jamais des tons sombres. Les fresques et les costumes traditionnels sont tous colorés et joyeux. Et les dômes anciens, couverts de tuiles d'outremer, se disputent avec un ciel bleu.
Une fois, le long des murs de la forteresse, la rivière Turia a coulé. Maintenant, son ancien canal est la frontière séparant la nouveauté ancienne et presque étrangère. De l'autre côté du parc dans le lit de la rivière - Ville du futur, ou la Cité des Arts et des Sciences, conçu par le célèbre architecte Santiago Calatrava. Fantastique regardant bâtiments blancs de verre et de béton qui sont semblables au navire, le squelette d'un animal géant, puis décoller une vague sans précédent. La science et l'art sont traditionnellement patronnés par la famille royale. Par conséquent, le Musée des sciences - un grand tutoriel visuel, qui mènent aux cours des étudiants en physique et en biologie de tous les collèges de la ville - est sous le patronage officiel du Prince Felipe et centre des arts avec une magnifique salle de concert prend soin personnellement la Reine Sofia. En plus du musée et le centre il y a encore plus grand océanarium, le théâtre Imax 3D et galerie ajourées à pied le pont de l'Europe - et il est de l'histoire de la ville du futur. Les ponts valenciens sont un sujet distinct. Beaucoup d'entre eux sont jetés sur le parc, et tous sont différents. On dirait un peigne géant - c'est ce qu'on appelle un "pétoncle". L'autre, à côté de lui - un pont de couleurs érigées temporairement, décorées avec des bordures de fleurs, et quand Calatrava construit à côté de son « peigne » et à gauche.

Les poupées sont la tradition printanière de Valence

Une fois par an, à la mi-mars, la ville entière se transforme en une maison de poupée géante. Sur toutes les places grandissent énormes, dans deux ou trois étages, les chiffres. Cette chute est le signe principal du printemps. Ils représentent des politiciens, des personnages de contes de fées, et juste des voisins sur le porche - il semble, et très drôle. C'est comme le magazine "Crocodile" en volume. Ils seront avec 15 sur 19 Mars - et seront brûlés. Il y aura un chiffre sélectionné par vote populaire. Chaque année, un Falla est envoyé au musée, où les poupées gagnantes sont conservées, à partir du XIXe siècle.

Poupées de Valence

Conte de porcelaine - paradis des esthètes

Non loin de Valence, dans le village de Tavernas Blancas, se trouve la célèbre manufacture de porcelaine Llardo, où sont fabriquées des figurines artisanales uniques. Fondé dans les 50-ies du XX siècle, trois frères - Vicente, Juan et José Lladro, descendants des paysans ordinaires. Ils ont construit le premier four à rôtir dans la cour de la maison de son père. Les sculpteurs ont étudié indépendamment. Probablement, ce n'est pas par hasard que tout cela est arrivé à Valence - après tout, la chute du siècle se fait ici! De la sculpture comique de papier mâché à des clowns de porcelaine et des filles de fleurs, la distance est moins que cela puisse paraître. Travailler dans l'usine sont pour la plupart des femmes: leurs mains sont mieux à même de faire face aux subtilités de l'assemblage et de la peinture. Hommes uniquement pour des travaux secondaires et physiquement lourds - moulage, torréfaction. Chaque statuette ou composition est recueillie à partir de fragments creux 25-300, qui sont coulés séparément dans des moules en plâtre. Une opération séparée du cycle est la production de fleurs. Ils sont moulés à la main, le pétale derrière le pétale. Les fleurs et les visages des statuettes sont également peints séparément, avec des peintures spéciales - denses, avec une haute teneur en porcelaine, ce qui donne aux individus un relief et une expression unique. Quant aux conditions de travail, si le socialisme est possible dans une société de capitalisme développé, alors c'est ici. Programmes sociaux, loisirs, soins de santé, crèche pour les enfants - et une grande piscine pour les employés dans la cour de l'usine. Cela avec la chaleur d'été 40-degré est très pratique.

Porcelaine de Valence

Epilogue - Valence est un paradis pour un touriste

La patronne de Valence est Virgen de los Desamparados - la Vierge de tous les démunis. Les résidents locaux l'appellent affectueusement "gorbatenkoy" et la fête des Fallas, ils nettoient la statue en bois de dix mètres, légèrement courbée, sur la place de la cathédrale avec des fleurs vivantes. Soit la Vierge Marie protège si bien ses salles, ou tout ne s'ouvre pas à un regard décontracté, seule la ville est accueillante et joyeuse. Et la plus forte impression a été faite sur moi pas par de grandes familles prospères et pas la richesse saisissante, mais la procession gaie et hominid des excursionnistes aveugles, une locomotive se déplaçant derrière le guide. Et une autre fille dans un fauteuil roulant, parlant calmement sur la machine à téléphone de la rue.

Print Friendly, PDF & Email
Chargement en cours ...

Ajouter un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée. Обязательные поля помечены *